UNECATEF

Dix Mois Vers l’Emploi

Témoignages 2018/2019

Damien Lopez
DMVE 15 / 2018 - 2019

Programme d'accompagnement complet homogène et de qualité grâce au contenu proposé. Une solidarité et un partage entre tous les acteurs du programme, permet de développer aussi son réseau en plus de ces compétences.

Albert Cartier
DMVE 15 / 2018 - 2019

Ce partage de moments de travail et de convivialité restera un moment positif dans cette expérience. DMVE 2019 est à ce jour une réussite que cela puisse continuer ainsi

Yves Bourgey
DMVE 15 / 2018 - 2019

Je trouve cet accompagnement au retour vers l’emploi très complet et très professionnel sur les contenus. Chaque intervenant, nous fait prendre conscience de certains points faibles que l’on n’imagine pas quand on est en poste, la tête dans le travail. Cela nous pousse dans nos derniers « retranchements ! Un grand merci pour votre disponibilité et de la grande qualité de cet excellent « aide au retour à l’emploi

Emmanuel Vallance
DMVE 15 / 2018 - 2019

DMVE c'est avant tout une aventure humaine extraordinaire fait de partage, d’échange et de camaraderie. Les contenus sont enrichissants et surtout nous aide à nous remettre en question sur certains points. L’apprentissage et le perfectionnement de l’Anglais est un vrai plus pour les coachs, et un atout indispensable en vue d’une éventuelle expatriation. En conclusion un programme a recommandé pour tous les coachs en situation d’inter-contrat professionnel

Fred Petereyns
DMVE 15 / 2018 - 2019

Comme le dit un proverbe écossais, « Ce n'est que lorsque le puits s'assèche que l'on découvre la valeur de l'eau ». Le programme DMVE proposé par UNECATEF FORMATION, à travers différents rassemblements est un vaste programme qui permet à la source de ne pas se tarir. L’ambiance, l’osmose au sein du groupe qui se crée dès notre premier rassemblement, les profils variés des différents entraîneurs présents, la qualité des intervenants extérieurs et une organisation parfaite nous permettent de se sentir armé pour conquérir un nouveau challenge sportif.

Simon Carmignani
DMVE 15 / 2018 - 2019

C’est avec un peu de tristesse que je quitte la session DMVE 15. Je reprends du service dans mon ancien club avec une mission compliquée mais excitante. Je vais tout faire pour rendre possible l’impossible. Je remercie UNECATEF FORMATION particulièrement pour tous ce qu’ils font. De même que tous les intervenants passionés et disponible Et bien sûr une pensée pour vous mes amis de promotion. J’ai rencontré des personnes exceptionnelles. Merci infiniment. Au plaisir de vous revoir tous.

Ibrahima Keita
DMVE 15 / 2018 - 2019

A toute l’équipe dirigeante de UNECATEF FORMATION un grand merci. Le programme DMVE m’a permis de retrouver une activité professionnelle dès ce mois d’avril 2019. Grâce à votre aide, j’ai réussi à me structurer dans ma recherche d’emploi, à mieux cibler mes compétences et j’ai passé trois semaines à vos côtés qui m’ont fait grandir. Je me sens comme privilégié d’avoir fait votre rencontre sur mon parcours, que ce soit les stagiaires et les intervenants vous êtes tous exceptionnels. Un grand merci à toi Didier pour votre disponibilité, les conseils, votre réactivité et gentillesse.

Eric Pegorer
DMVE 15 / 2018 - 2019

L’action de UNECATEF FORMATION à travers DMVE est pour moi très importante. Elle me permet de sortir de l’isolement que je ressens en étant sans club. Les formations correspondent à des besoins essentiels pour un coach que ce soit pour acquérir de nouvelles compétences ou simplement se remettre à jour. La dynamique avec les formateurs est très bonne, l’esprit qu’il règne sur les sessions également. C’est une vraie opportunité pour moi de vivre cette aventure DMVE pour optimiser mon énergie à retrouver un emploi. 
Merci à UNECATEF FORMATION

Stéphane Ulldemolins
DMVE 15 / 2018 - 2019

Pour moi DMVE est une chance et réelle opportunité mais également une belle aventure humaine. De belles rencontres, un contenu très instructif et un encadrement qui nous mets dans les meilleures conditions (hébergements, restaurations, profs, plateforme internet...) Enrichissement et épanouissement personnel au programme.

Franck Kerdiles
DMVE 15 / 2018 - 2019

Un grand merci à UNECATEF FORMATION. DMVE m’a permis de faire de très bonnes connaissances à travers les stagiaires et l’encadrement. Ce programme d’accompagnement me semble un très bon moyen pour nous, entraîneurs, de nous remettre dans les meilleures conditions pour envisager le retour vers une activité professionnelle. Programme diversifié (média-training, anglais, vidéo, expatriation, informatique) et un encadrement toujours disponible en fonction des besoins de chacun

Jean claude Nadon
DMVE 15 / 2018 - 2019

Stagiaire de la saison 15 de DMVE, j’ai passé cinq mois très enrichissants au niveau des échanges et des contenus proposés par les différents intervenants. Avec des collègues de promotion à l’état d’esprit irréprochable dans la quête de trouver un nouveau challenge, DMVE est une formidable aventure humaine.

Témoignages 2016/2017

Claude Barret
DMVE 13 / 2016 - 2017

« J’ai toujours joué en pro en Ligue 1, de 1981 à 1990 à Auxerre, puis à Nancy durant un an et demi. J’ai connu de grandes émotions, notamment en Coupe d’Europe, comme un match inoubliable à San Siro face au Milan de Paolo Maldini.

C’était impressionnant. On avait perdu (3-0) mais cela reste un moment fort de ma carrière qui s’est hélas achevée sur une grave blessure. J’ai alors passé mon diplôme d’entraîneur, et de 1994 à 2014, j’étais à l’AJA, où j'ai enchaîné plusieurs postes, entraîneur de l’équipe C, formateur, adjoint de plusieurs entraîneurs en équipe première, aux côtés de Daniel Rolland, Jean-Guy Wallemme, Bernard Casoni.

J’ai appris le métier avec Guy Roux et Daniel. Aujourd’hui, je suis la formation DMVE. C'est surtout pour ne pas rester à la maison à ne rien faire. Il y a une superbe ambiance, on se retrouve tous ensemble, on se remonte le moral quand il y en a un qui ne va pas trop bien. On apprend plein de choses, comme l’anglais du foot, l’informatique. Je ne suis pas très performant dans ces domaines donc c'est très intéressant pour moi. Ensuite, il faudra que je me mette à la recherche d’un poste d’entraîneur.

Ces postes sont rares, on sait que c’est très difficile de trouver, mais il faut s’accrocher. Et s’il faut partir à l’étranger pour pouvoir exercer, je tenterais peut-être l’expérience. »

Amandine Miquel
DMVE 13 / 2016 - 2017

“Je suis d’origine espagnole et j’ai essentiellement joué à l'étranger ayant des parents expatriés. Mon parcours a débuté au Mexique à l’âge de 6 ans avec les garçons jusqu'à ma douzième année. Ensuite, mutation en Angleterre, de 12 à 17 ans à Londres, et c'est là que j’ai découvert le football féminin à Chelsea en jeunes avec une bonne promotion de joueuses avec qui on gagnera la Coupe des 17 ans. Le foot féminin à l'époque était plus développé qu’en France avec des académies comme des centres de formation.

Puis je suis partie à La Réunion. J'arrive alors à 17 ans, je viens de gagner la Coupe d’Angleterre avec des joueuses de haut niveau et je me retrouve sur une île où le football féminin est vraiment embryonnaire avec un championnat d'un niveau très bas. Crise d’adolescence oblige et rébellion familiale, je fais en sorte de revenir en Métropole et je signe à Juvisy en 2002. J’ai alors 19 ans et je me retrouve aux côtés de Sandrine Soubeyrand et Marinette Pichon entre autres. J'ai fait une saison et ça s'est arrêté là, les deux années passées à La Réunion m'ont mentalement et physiquement stoppée. Je n'ai pas eu le mental pour accrocher le wagon et puis j'ai une famille qui a beaucoup insisté sur les études. Je me suis donc inscrite à la fac d'anglais pour être prof. Finalement, je me suis rendu compte que la passion était plus importante et j'ai entamé mes démarches pour devenir entraîneur. Peut-être pour compenser la déception connue en tant que joueuse.

Depuis 2008, J'ai passé les diplômes d’initiateur 1 jusqu'au Brevet d'Etat, BMF puis DES tout en entraînant des jeunes puis des seniors féminines. Mais les diplômes, c'est une chose et la compétence une autre. Les réseaux représentent 80 % de la réussite. Le fait de ne pas avoir joué longtemps en France me désavantage par rapport aux autres filles possédant un réseau et des contacts pour trouver des clubs, même si ce n’est pas facile pour toutes les femmes. Moi je suis inexistante dans ce réseau parce que je connais davantage de joueuses anglaises. J’ai tout de même exercé à Niort. Je ne connaissais personne, j’ai été recrutée sur mon CV en tant que responsable technique de la section féminine. J'avais un contrat d'une saison et on n'a pas poursuivi. A mon avis, il n’y avait pas de réelles intentions de développer le foot féminin. J'aurais pu y rester mais mon ambition aujourd'hui est de réussir en tant qu’entraîneur et aussi de faire le bon choix sur les clubs, peut-être gagner moins mais travailler sur de vrais projets.

DMVE me permet ainsi de me constituer un réseau. La formation est très enrichissante, peu importe son niveau, on y trouve son compte, que l’on soit débutant ou expérimenté. Désormais, je me sens plus armée pour entraîner à un bon niveau. Il faut féminiser le foot français, mais ne pas mettre des femmes n'importe où, n'importe quand, simplement pour remplir une case. Les clubs doivent nous solliciter y compris pour coacher des hommes. À part Corinne Diacre à Clermont en Ligue 2, c’est le désert. Même en D1 Féminine, il n’y a qu’une femme sur 12 clubs ! Je connais des coachs masculins exerçant dans le foot féminin sans vocation mais par dépit. C’est regrettable car ils occupent des postes que l’on pourrait avoir. Il faut que les mentalités changent et que l’on nous fasse confiance. “

Stéphane Mahé
DMVE 13 / 2016 - 2017

« J'ai été formé à Auxerre où j'ai passé une grande partie de ma carrière en remportant la Coupe de France. Ensuite, j'ai voulu ouvrir une porte pour me per- mettre de voir un peu plus haut et toucher l'Equipe de France. Je pense que je n'étais pas très loin des Bleus et je suis parti à Paris. Finalement, ça ne s'est pas très bien passé et je n’ai pas réussi à percer.

Même topo à Rennes et j’ai fini par m’expatrier en Ecosse au Celtic Glasgow où j’ai rem-porté de nombreux titres avant de finir à Edimbourg en 2003. A l’époque de mon arrivée en 1997, il y avait peu de Français à l’étranger et j’étais le premier à signer au Celtic. J'avais quelques à priori sur le niveau du championnat écossais mais j'ai découvert un grand club. Les grands clubs, ce sont ceux qui ont une histoire. On entre dans le stade du Celtic Park et là ça y est, on est impliqués à fond. Même sensation quand on découvre le musée du club avec tous les Trophées. C’est impressionnant et on a instantanément envie de faire partie de cette histoire et de mouiller le maillot. D’ailleurs, les derbies contre les Rangers étaient vraiment extraordinaires au niveau de l’intensité et de l’ambiance. Je suis heureux d’avoir vécu cette expérience, des moments intenses en termes d'émotions.

Quand je parle d’émotion, je fais référence en particulier aux supporters, à l'amour que ces gens-là ont pour leurs joueurs. Cette dévotion est très agréable et valorisante. A la fin de ma carrière, j’ai tenté l’expérience sur le banc dans des petits clubs de niveau régional en Ligue d’Atlantique à Saint-Nazaire, Saint-Père-en-Retz, Saint- Aubin et à la Madeleine de Guérande. J'ai donc un parcours de 13 ans qui se limite au monde amateur. J'aspire aujourd’hui à entraîner un peu plus haut après avoir passé mes diplômes et je cherche un bon projet sportif.La formation DMVE devrait m’aider à rebondir. »

Témoignages 2015/2016

Philippe Hinschberger
DMVE 12 / 2015 - 2016

Un petit mot pour évoquer votre par- cours de joueur ?

J’ai effectué toute ma carrière à Metz où je suis resté 21 ans dont 14 en tant que joueur professionnel. Puis j’ai été respon- sable du centre de formation.Au total, j’ai joué 480 matches de championnat et gagné la Coupe de France à deux reprises en 1984 et 1988 et la Coupe de la Ligue en 1986. J’ai également fait partie de l’équipe qui avait réalisé un exploit en Coupe UEFA en éliminant le FC Barcelone !

Où avez-vous débuté comme entraîneur ?

J’ai commencé en tant que techni- cien au centre de formation puis suis devenu adjoint de Farouk Hadzibegic à Sochaux. Ensuite, j’ai entraîné Louhans- Cuiseaux, Niort à deux reprises, Le Havre, Laval et Créteil avant de revenir à Metz.

Vous êtes estampillé coach de Ligue 2...

Tout à fait. J’ai effectivement beaucoup entraîné en L2, notamment cinq saisons à Laval, mais aussi quelques années en National. Malheureusement, je n’ai pu coacher en Ligue 1 mais je ne regrette pas ces passages aux étages inférieurs.

Vous avez démissionné de Créteil. Un regret ?

Je sortais d’une dernière année difficile à Laval. Je suis allé à Créteil mais on s’est fait éliminer en Coupe de France par Saint-Maur, club de DH, et à partir de là, honnêtement, j’ai eu peur de ce que j’allais affronter. J’ai eu un profond dégoût du foot à ce moment-là et on s’est séparé d’un commun accord.

Comment rebondir dans ces cas-là ?

Pendant trois mois, je n’ai rien fait, j’avais besoin de me reposer et de me ressourcer psychologiquement.Puis, je me suis retrouvé sur le marché.Je n’ai pas eu vraiment de propositions, seulement une possibilité à Grenoble mais ça n’a pas abouti.J’ai été plutôt surpris après ma période lavalloise. J’avais peu de contacts et je ne comprenais pas car le travail effectué auparavant méritait à mon avis un peu plus de considération. Le téléphone a arrêté de sonner. Quand vous êtes entraî- neur d’un club pro, vous êtes constam- ment sollicité notamment par les agents qui cherchent à placer leurs joueurs. D’un coup, c’est le silence, vous n’existez plus aux yeux des autres.C’est déstabilisant. Cela dit, je n’ai pas à me plaindre car en 23 ans, je n’ai raté qu’une reprise de début de saison.

Pourquoi avez-vous intégré DMVE ?

Je fais partie du comité directeur de l’UNECATEF et il était normal de montrer l’exemple en participant à ce programme de formation. La qualité des intervenants et les sessions sont optimales. J’étais heureux d’y participer d’autant que des collègues des précédentes promotions m’ont incité à y aller. Et puis il était intéressant d’avoir un ressenti en tant que membre du comité directeur pour faire remonter les doléances des uns et des autres et les possibilités d’amélioration.

Quel a été justement votre ressenti ?

Franchement, on pourrait penser vu de l’extérieur que l’on a affaire à des entraîneurs déprimés de se retrouver sans emploi et en proie au doute. Mais ce n’est pas du tout cela. Il y a une superbe ambiance et une grosse osmose au sein du groupe qui se crée dès le premier rassemblement avec des stagiaires aux profils différents issus du niveau amateur ou du milieu pro comme Jean-Luc Vasseur (ndlr : l’ancien rémois a depuis retrouvé un poste au Paris FC).

Qu’avez-vous appris ?

Beaucoup de choses. Le contenu est très varié avec du terrain mais aussi de l’an-glais, du media-training, du management, du montage vidéo, de la bureautique, la constitution, l’optimisation du réseau... On apprend aussi à se revaloriser.J’en suis ressorti “plus complet”.

Qu’en est-il de l’expatriation ?

C’est un domaine qui est également abordé. Le départ à l’étranger n’est pas facile mais représente une porte de sortie très intéressante. D’ailleurs deux stagiaires sont partis à Dubai en cours de saison.

Quelle est votre vision sur le métier ?

C’est un milieu où tu passes rapidement “de vie à trépas”. Je ne me plains pas car j’ai plus de 50 ans et je peux bénéficier du système. Aujourd’hui, je n’aimerai pas avoir 40 ans et chercher un poste d’entraî- neur. Le marché est saturé mais il y a heu- reusement des ouvertures et j’en ai profité.

Témoignages 2013/2014

Raphaël Fèvre
DMVE 10 / 2013 - 2014

Je suis très heureux de pouvoir vous annoncer que je retrouve le chemin des terrains. En effet, je vais signer à Valenciennes (contrat en cours de rédaction).
C'est pour moi un grand plaisir de retrouver le nord, où j'ai déjà passé 4 saisons formidables.
Pour la petite histoire, c'est à la sortie de la première section de DMVE, que j'ai appelé le président de Valenciennes pour lui souhaiter une bonne saison. C'est une personne avec laquelle j'ai de bonnes relations, mais qui, sans mon appel, ne savait pas que j'étais au chômage, et il se trouve que 2 mois plus tard, il est à la recherche d'un préparateur physique.
Donc merci à l'UNECATEF et en particulier à Didier, Jean Pierre et K.O qui sur cette première cession nous ont incité à nous bouger pour retrouver du boulot
Pour terminer, j'espère pouvoir vous retrouver au plus vite sur les terrains.
Gardons le contact pour que le réseau fonctionne.
Amitiés à tous.

Gilles Bourges
DMVE 10 / 2013 - 2014

Toujours venu en traînant les pieds mais toujours repartit emballer avec beaucoup de choses positives. DMVE est un générateur d’énergie

Mamadou Diouf
DMVE 10 / 2013 - 2014

On ne peut pas faire un bilan de DMVE tellement c’est riche et important. Cohésion, partage, meilleure connaissance de soi par nous-mêmes et par les autres. J’ai vraiment beaucoup appris y compris à moins bégayer !

Hubert Castets
DMVE 10 / 2013 - 2014

Tant que l’on travaille on est dans notre bulle, on est concentré sur soi et on fonctionne de façon égoïstement. DMVE m’a ouvert les yeux sur plein de choses que je ne maitrisais pas. Des découvertes qui m’(ont permis de m’organiser sur mon projet personnel. Mission accomplie

Laurent Dauriac
DMVE 10 / 2013 - 2014

Cette expérience très riche m’a bonifiée. De véritables bouffées d’oxygène pour rebondir après 15 ans passés le nez dans le guidon à m’occuper des…autres. Un break et une vraie opportunité qui m’ont permis de m’occuper un peu de moi, d’élargir mon champ d’action et mes savoir-faire et aujourd’hui, je me sens prêt à démarrer ma deuxième vie d'entraîneur.

Adda Benamar
DMVE 10 / 2013 - 2014

Un programme essentiel qui permet de se remettre en cause et de se ressourcer. Les outils mis à notre disposition nous font progresser via des plateformes interactives ou des suivis à la demande mais aussi de rompre l’isolement et de côtoyer des personnes ayant des expériences, des parcours de vie différents, d’échanger, de partager et de créer une synergie tout au long de l’année.

Guillaume Marie
DMVE 10 / 2013 - 2014

Pour éviter le Burnout ou il faut éviter la monotonie. L'accompagnement DMVE permet de lutter contre cette monotonie. Les personnes et les lieux choisis sont formidables. Après chaque session on repart booster avec de nouveaux objectifs. Une idée fantastique et un accompagnement ligue des champions.

Jean françois Pien
DMVE 10 / 2013 - 2014

DMVE, Un accompagnement proposé par l’UNECATEF qui m'a été très utile durant cette période d'inactivité. Avoir à sa disposition une somme de compétences avec les différents intervenants a été plus que bénéfique dans mes différentes réflexions et questions de notre profession.

Landry Chauvin
DMVE 10 / 2013 - 2014

Merci à l’UNECATEF pour cet accompagnement, Même si je n'ai fait que la moitié pour ensuite partir pour un bref passage en Tunisie, cela m'aura au moins permis d'exister et d'avoir cette première expérience à l'étranger. Il faut maintenir ce lien et si par bonheur je retrouvai un emploi pour la saison prochaine, je me ferai un plaisir d'apporter mon témoignage sous quelque forme que ce soit. Amitiés sportives

Laurent Ciechelski
DMVE 10 / 2013 - 2014

Cette saison a été riche en bons moments et riche en savoir/accompagnement. Comme c'est le but, DMVE permet de se régénérer périodiquement. Tantôt pour se prendre un coup de pied au cul, tantôt pour le plus grand des plaisirs. Cette 2ème annee de chômage pour ma part est passée mieux qu'elle ne s'annonçait après l'été dernier et la reprise des divers championnat. Ces sessions, c'était LE rayon de soleil, l'oubli des soucis du quotidien pendant quelques jours et la découverte de nombreux noouveaux contacts, de nouvelles informations, de nouveaux outils.

Témoignages 2012/2013

Zak Alaoui
DMVE 9 / 2012 - 2013

Une véritable bouffée d’oxygène, pendant toute cette saison, qui m’a permis de me ressourcer et d’affiner mes compétences au contact de mes collègues de promotion. Et si jusqu’à présent je me débrouillais assez bien en anglais, j’ai pu me rendre compte que la méthode proposée par Alain Levamis consistant essentiellement à l’apprentissage de l’anglais du football pour diriger des séances était complètement différent de l’anglais classique. Un enseignement qui permet de répondre sans aucune appréhension à une éventuelle proposition d’un pays anglophone. Merci à tous

Sandy Guichard
DMVE 9 / 2012 - 2013

Au départ DMVE était pour moi quelque chose d’attractif mais restait assez flou. J'ai très vite compris que cette structure était une chance extraordinaire de faire le point sur sa carrière, de se former, de rencontrer des collègues pleins de talents, et d'aller de l'avant pour retrouver un challenge sportif : au final quelques mois après je me retrouve au sein d'un staff technique d'une équipe nationale qui vient de se qualifier pour la Coupe du Monde au Brésil. Autant dire que je serai éternellement reconnaissant à DMVE de ce qu'il m'a apporté, et j'espère être tout au long de la carrière un bon ambassadeur de l'UNECATEF et rendre la pareille

Mohamed Chacha
DMVE 9 / 2012 - 2013

Découvrir un autre football, une nouvelle culture, des méthodes différentes que celles que je pratiquais lors de mes différentes expériences en France tels étaient mes objectifs. Objectif réalisé puisque je suis en poste depuis le 1er juillet 2013 au centre de formation du FC Internazionale de Milan.

Ayant eu l’opportunité de participer à DMVE, j'ai pu me préparer à cette éventualité d'expatriation en suivant avec attention le module animé par JP DOLY qui traitait de toutes les problématiques liés à la mobilité internationale. Quelles sont les avantages et inconvénients à s’expatrier ? Qu’est-ce qui m’incite à partir ? Quelles sont les démarches administratives, sociales, fiscales… à effectuer ? Comment se positionner vis-à-vis de Pôle emploi ?

Dès lors ayant anticipé et obtenu toutes les réponses à mes questions, la finalisation de mon contrat s’est effectuée dans les meilleures conditions. Participer à ce programme d’accompagnement DMVE puis partir à l’étranger sont sans aucun doute mes meilleures prises de décisions au cours de des quelques derniers mois. Le fait également que je savais que je pouvais pendant toute la durée de mon contrat rester en contact avec les référents de l’UNECATEF représentait un soutien conséquent. Aujourd’hui, j’ai retrouvé le haut niveau avec la formation des jeunes. Un domaine où je me régale. J'ai aussi intégré un des plus grands clubs européens, aux moyens humains, logistiques et financiers énormes mais qui a surtout un esprit familial où des personnes très expérimentées "respirent" et s'investissent pour les couleurs de ce club, à l'image de son président Mr MORATTI.

A moi d'en profiter au maximum, de faire savoir et valoir le savoir-faire français, de continuer à accroître mon réseau et ma compétence qui sont les points centraux de notre métier.

Témoignages 2011/2012

Noël Tosi
DMVE 8 / 2011 - 2012

C’est l’une des rares familles du football une vraie famille!!! Certains ronflent pour en empêcher d’autres de dormir , certains allument leur ordinateur toute la nuit pour en empêcher d’autres de ronfler!! D’autres font découvrir le cognac à la France entière. Jamais vu une telle solidarité dans l’adversité !! Et puis quelle ambiance !!! Noël Tosi

Aurélien Timba elombo
DMVE 8 / 2011 - 2012

Stagiaire de la cession DMVE 8, j'ai passé une année très riche tant au niveau des échanges qu'au niveau contenu et outils de travail pour rapidement trouver du boulot. Il a cependant fallu que je fasse aussi des recherches personnelles pour retrouver du boulot sur un banc. Le plus important a surtout été de voir que malgré des carrières différentes (joueurs pro ou amateur, entraîneur pro ou amateur) nous étions unis autour d'un but commun (retrouver le banc)

Je souhaite vraiment à tous les entraîneurs en rupture de banc pour un TEMPS de vivre l'aventure DMVE, car c'est beaucoup de partage et d'émotions.

Merci à tous les acteurs de DMVE et de l'UNECATEF, pour cette belle aventure, sans oublier leur disponibilité et l'accompagnement à chaque fois qu'un entraîneur est en difficulté. Comme le dit si bien mon ami Fred LIPKA "nous sommes tous des chômeurs potentiels" alors vive DMVE

David Vignes
DMVE 8 / 2011 - 2012

"Globalement expérience enrichissante, au-delà des compétences supplémentaires que l'on peut y acquérir (Informatique, Anglais...) c'est à chaque fois une bouffée d'oxygène que de se retrouver avec des gens pouvant rencontrer les mêmes problématiques. Les expériences sont partagées, des liens se créent et cela permet d'envisager l'avenir différemment. De plus certains axes du programme DMVE et les différents échanges permettent une introspection importante, rassurante voir salutaire. Un grand MERCI à tous!!"

Eric Deletang
DMVE 8 / 2011 - 2012

Rejoindre la formation des « dix mois vers l’emploi » en 2011/2012 était pour moi la possibilité de me rapprocher de mon syndicat que j’avais relativement délaissé par le passé. Ce fut un moyen de renouer les contacts avec d’anciennes connaissances et d’y développer mon réseau auprès des nouveaux mais aussi des différents intervenants que je découvrais durant la formation.

L’apport de connaissances, à travers les différentes matières abordées afin d’optimiser le potentiel de chacun, la possibilité d’entrevoir de nouvelles directions professionnelles afin de mettre fin à plusieurs mois voire plusieurs années d’inactivités se sont avérées pour un bon nombre de coaches indispensables voir cruciales pour retrouver le chemin des terrains.

Je suis conscient aujourd’hui que mes années de silence envers le syndicat n’ont fait qu’accentuer les difficultés liées à ma recherche d’emploi dans le milieu du football. L’efficacité du travail fourni, à travers en particulier les nombreux services proposés aux coaches, n’est plus à démontrer et m’a permis personnellement de vivre trois expériences inoubliables dans ma jeune carrière d’entraîneur.

Rejoindre DMVE m’inspire cette phrase de Nelson Mandela :

« Le sport a ce pouvoir de changer le monde. Il a le pouvoir d’inspirer. Il a le pouvoir d’unir les peuples. Le sport peut réveiller l’espoir où précédemment il y avait du désespoir »


Restons solidaires !!!

Fred Crebiller
DMVE 8 / 2011 - 2012

Après mon passage au Canada, plus de terrains tous les jours, plus de matchs de championnats etc... du coup DMVE a été une bouffée d'air frais dans mon quotidien. Des belles rencontres, des fous rires, des remises en question et bien d'autres choses qui m’ont fait avancées. Cela m'a aussi permis de créer des amitiés et donné la chance de rebondir en Suisse durant 2 mois puis avec David Marraud aujourd’hui Directeur du Pôle Espoir de Castelmaurou. Je remercie toute l'équipe de l'Unecatef qui a été présente tout au long de cette saison 2011-2012.

Steve Vilmaire
DMVE 8 / 2011 - 2012

Cette expérience avec la promo DMVE 8 a été très enrichissante. Issu du football amateur je n’ai pas connu le haut niveau en tant que joueur et entraîneur. DMVE m'a donc permis de rencontrer et côtoyer des personnes du monde professionnel, de partager leurs expériences, anecdotes et d'accroître mon réseau.

Au-delà des compétences développées notamment avec l'anglais du football essentiel dans l’optique d’expériences à l’expatriation, j’ai particulièrement apprécié d’être informé et renseigné sur tout ce qui avait trait à la mobilité internationale. Cette session m’a permis également de m’initier à l’observation de matchs pour Scout Seven et d’appréhender le jeu d’une autre façon.

Adhérer à l'Unecatef
Connectez-vous
Mot de passe oublié
Contactez l’unecatef