Unecatef_logo

Pôle Espoirs

E40268227267380289438f78712452e9

À la tête du Pôle Espoirs au CREPS d’Essey-lès-Nancy (Meurthe-et-Moselle) lancé en 2010, Jean-Robert Faucher participe grandement à la découverte de jeunes talents âgés de 14 et 15 ans venus d’Alsace et de Lorraine. Si l’aspect technique est fondamental, l’état d’esprit et le niveau scolaire sont également un critère important de sélection. Zoom.

 
Nont Muangngam. Son nom ne vous dit probablement rien. Ce jeune joueur d’origine thaïlandaise a fait partie de la première promotion 2010-2011 du pôle espoirs installé au CREPS d’Essey-lès-Nancy parmi les 33 joueurs partagés sur deux promotions. International U16 avec les Bleuets en 2013, le gardien de but porte aujourd’hui les couleurs de l’AS Nancy-Lorraine chez les U19 encadrés par Patrick Moreau.
 
Un chemin à suivre pour bon nombre de jeunes pensionnaires du pôle. « Ce sont souvent les centres de formation du FC Metz, de l’AS Nancy-Lorraine et du FC Sochaux-Montbéliard qu’intègrent nos jeunes joueurs, précise Jean-Robert Faucher, le directeur du pôle. De la génération 1999 avec nous cette année, six vont partir à Nancy, trois à Metz et trois autres à Sochaux. En moyenne, deux joueurs sur cinq issus d’un pôle fédéral signent un contrat contre un sur six en section élite. » Sorti des cartons de la Fédération française de football après la mise en sommeil du pôle espoirs fédéral de la Madine (Meurthe-et-Moselle), le pôle dirigé par Jean-Robert Faucher, ancien joueur professionnel passé par Laval (L1), Istres, Dunkerque ou Beauvais (L2), participe au parcours d’excellence sportif mis en place par la FFF depuis plusieurs années.
 
« Notre objectif est de réunir les meilleurs joueurs U15 d’Alsace et de Lorraine pouvant accéder, plus tard, à un centre de formation d’un club pro. Nous avons des critères de détection précis qui concernent le niveau intrinsèque du joueur, mais nous sommes aussi sensibles à son attitude et son niveau scolaire. Le pôle est aussi un moyen de sortir le jeune joueur de son contexte familial en douceur car la proximité familiale est essentielle dans la dynamique et la réussite sportives du jeune. »
 
Suivi dès l’âge de 10 ans, les 50 meilleurs joueurs U13 deuxième année d’Alsace et de Lorraine sont ensuite réunis dans un stage de sélection qui en sélectionnera 30. Puis 16 seront définitivement choisis pour intégrer le pôle. « Le pôle espoirs est une passerelle entre le foot du milieu scolaire et le centre de formation, ajoute Jean-Robert Faucher, 51 ans, ancien adjoint de Bati Gentili à Beauvais. Ils sont à un âge entre la fin de l’enfance et le début de l’adolescence et c’est très important pour nous de communiquer avec eux, de leur proposer notre savoir-faire et d’élargir l’horizon d’esprit du jeune joueur, pour entretenir son envie de réussir.
 
C’est une école de vie, en quelque sorte. » Habitué de la formation, après avoir passé quatre ans auprès des U17 du FC Metz avec qui il est devenu champion de France, Jean-Robert Faucher saura certainement user de son expérience et de son influence pour amener ces jeunes vers une carrière professionnelle. Ce n’est pas Miralem Pjanic, que Faucher a eu sous ses ordres, qui vous dira le contraire…
 
Guillaume Quignon
Agence Evypresse
Retour
Retour en haut